top of page

11 astuces pour mémoriser un poème

Dernière mise à jour : 4 avr. 2023


Retenir un poème pose difficulté à de nombreux enfants. Pourtant, d'une part, l'école impose cette mémorisation. D'autre part, mémoriser un poème est utile pour enrichir son vocabulaire, développer sa culture et travailler ses capacités de mémorisation.

Cet article vise donc à vous donner quelques conseils et astuces pour aider à la mémorisation d'un poème.

Au programme

  • Vouloir

  • Comprendre

  • Croire en soi

  • Concentration

  • Observation

  • Appropriation

  • Lièvre ou tortue

  • Profil sensoriel

  • Illustration imagée

  • Répétition à deux voix

  • Mise en scène

1- Vouloir apprendre sa poésie

Le premier principe essentiel est d'avoir envie de retenir le poème à apprendre. L'idéal est d'avoir le choix entre plusieurs textes afin d'apprendre un texte qui parle. Si le choix n'est pas au rendez-vous ou si c'est un choix par défaut ("le texte le moins pire" pour l'enfant), il s'agit de chercher quels atouts a ce texte (sujet, jeux de mots, etc.) afin de le rendre un minimum séduisant. Certains enfants choisissent toujours le plus court, ce n'est pas un bon calcul car il est plus intéressant et motivant de retenir un texte qui en fait est plus intéressant ou qui "matche" plus.


2- Comprendre un poème

La seconde étape est de le comprendre ! Lisez une notice de moteur et apprenez-là par coeur. A moins d'adorer bricoler, il y a fort à parier que ça sera très compliqué ! Or trop souvent le poème à retenir est en fait une "liste" à retenir sans aucune compréhension ! Donner un poème à retenir alors que la moitié des mots ou des phrases sont obscures pour l'enfant, c'est comme relever le défi d'apprendre la notice du moteur de votre voiture.


3- Croire en soi

Peur de se tromper, désir de perfectionnisme, manque de confiance en soi, bien des freins internes empêchent la mémorisation.

Rappelez-lui que rien n'est définitif ! Même s'il a eu une mauvaise note la dernière fois (cas de l'enfant qui doit apprendre pour l'école), il peut très bien exceller cette fois ! Qu'il se souvienne de votre gâteau quelque peu roussi la semaine dernière alors que celui dégusté était excellent.


4- Concentration

La télévision en arrière-fond ? Certainement pas la trouvaille du siècle. Le calme est le meilleur allié de la concentration. Un fond naturel ou une musique douce en accord avec le poème peuvent cependant aider certains enfants.


5- Observer son poème

Invitons l'enfant à observer la poésie : combien y a-t-il de strophes ? Y a-t-il des rimes ?

Remarque-t-il que certains mots, certaines structures de phrases se répètent ?

Il peut, par exemple, surligner de la même couleur les différentes rimes. Pour un enfant dys, cette astuce peut s'avérer un plus pour la mémorisation.


6- S'approprier sa poésie

Copier et illustrer le poème peut permettre de se l'approprier.

Attention toutefois d'offrir des alternatives : utilisation d'un traitement de textes pour l'enfant en difficulté avec invitation à utiliser une police qui lui parle, à réfléchir à la mise en forme. Dessin manuel ou choix d'images, quitte à réaliser un montage.


7- Lièvre ou tortue des poèmes ?

Dans la fable, le lièvre attend tellement qu'il termine le dernier. Pour l'apprentissage d'un poème, on conseille en principe un découpage en strophes et une répétition sur plusieurs jours ou plusieurs semaines. C'est un bon rythme pour les tortues des poèmes, mais pas du tout pour les lièvres qui vont en fait décrocher lorsque le défi n'est pas à la hauteur de leur mémoire. Ces enfants-là apprennent à la dernière minute et généralement maîtrisent très vite le texte ! Le tout est de ne pas trop attendre pour ne pas se trouver aussi dépourvu que le lièvre de la fable !


8- Profil sensoriel et poésie

Généralement nous avons une dominante sensorielle (ce qui n'exclut pas les autres profils).

Lire à plusieurs reprises lorsqu'on est visuel, répéter/se répéter la poésie lorsqu'on est auditif et bouger en se racontant le poème lorsqu'on a un profil kinesthésique est un plus.

Cependant ce n'est pas suffisant.

Plus les canaux sensoriels sont sollicités, plus la mémorisation est performante. En effet les données retenues le sont alors dans différentes mémoires et non dans une seule.

Il est donc important de solliciter plusieurs canaux comme nous allons l'évoquer dans les astuces suivantes. Invitons-le à se créer des images mentales, visuelles ("calepin visuo-spatial") et auditives ("boucle phonologique").


9- Illustration imagée pour retenir une poésie

Un certain nombre d'enfants apprécient de petits dessins en lien avec chaque vers, soit des dessins qu'il réalise lui-même, soit des dessins réalisés avec/par l'adulte.

Cette version illustrée peut également faciliter compréhension et mémorisation pour les enfants à profil dys ou TDA (en fonction du profil, comme toujours à tester en fonction de l'enfant).

Chaque association d'idée doit bien sûr être comprise par l'enfant ou bien le dessin sera inutile. Des lignes ou cases tracées peuvent faciliter le repérage pour les dyspraxiques (non réalisées sur l'exemple)

Un exemple ci-dessous avec un extrait du poème "L'arc en ciel" de B.Casadesus" :


10- Répétition à deux voix pour mieux retenir un poème

On peut proposer à l'enfant de lire un vers puis qu'il le répète à voix haute. Puis de lire le second vers et de répéter les deux premiers et ainsi de suite.

Si l'enfant apprécie une version illustrée, on peut lui laisser dans un premier temps afin qu'il s'en serve comme aide-mémoire.


11- Mise en scène d'un poème

Dernière astuce : la mise en scène du poème pour le rendre encore plus vivant !

Tout d'abord en variant les intonations, comme s'il s'agissait d'une pièce de théâtre, mais également en "vivant" le poème. De cette façon les trois profils : visuel (l'enfant lit), auditif (l'enfant entend et répète) et kinesthésique (l'enfant joue et ressent le poème) sont sollicités.

Ainsi, si nous reprenons le poème ci-dessus, en récitant, on peut :

Le soleil était amoureux : proposer de mettre la main contre le coeur

De la chaude pluie d'été : mimer le mouvement de la pluie

Mais il était bien malheureux : opter pour un visage triste

De ne pouvoir la rencontrer : mimer un "non" avec le doigt


0 commentaire

תגובות


bottom of page