L'enfant philo-cognitif (à haut potentiel)


Une interview proposée par Séverine Guy, éducatrice spécialisée et professionnelle pour accompagner les familles sur le chemin de la bienveillance éducative (lien ici).


Philo-cognitifs, un nouveau nom pour les enfants, ados, adultes à haut potentiel Une interview à découvrir avec Séverine Guy, Fanny Nusbaum et Dominic Sappey Marinier A titre personnel, j'étais assez sceptique, songeant que la littérature sur le sujet était déjà très vaste, parfois beaucoup trop généraliste "les enfants à haut potentiel sont comme ci ou comme ça" et c'est finalement une excellente surprise car pour la première fois, j'entends à la fois un rapprochement entre les philo-cognitifs et une véritable différenciation entre profils laminaires et profils complexes. Une piste intéressante pour mieux comprendre et accompagner.

Petits bémols comme toujours (en "bonne" perfectionniste, je prête toujours très attention à tous les détails), il est question d'une difficulté à "Remettre en question les connaissances qu'on avait auparavant" lorsqu'on est philo-cognitif à profil complexe, or c'est mon cas et je ne me sens pas concernée par cette remarque, au contraire. ;)


Trois points seraient communs entre les philo-cognitifs :

  • l'hyper-spéculation : le fait de penser en permanence, de chercher d'autres manières de penser, y compris sur ce qui semblerait sans importance

  • l'hyper- acuité : l'hypersensibilité émotionnelle et sensorielle

  • l'hyper-latence : cette période se situe entre 7 et 13 ans, elle donnerait l'impression qu'il se passe peu de choses. L'enfant philo-cognitif s'exprimerait davantage

Deux grands profils se distinguent chez les philo-cognitifs :

  • Les philo-cognitifs laminaires souvent mieux adaptés car la connectivité dans le cortex préfrontal dorso-latéral droit serait meilleure (région du contrôle de l'inhibition et de l'impulsivité), leurs fonctions exécutives sont généralement très performantes.

  • Les philo-cognitifs complexes plus souvent en difficulté émotionnelle. Ce sont eux qui ont un profil double (dys, TDA, syndrome asperger associé). En revanche leur compréhension verbale est souvent très développée, ce qui leur permet d'être créatifs et d'avoir un univers personnel très riche.