Lutter contre l'angoisse : Les antisèches du bonheur



Les antisèches du bonheur peuvent tous nous concerner.

L'angoisse, la tristesse n'épargnent personne.

Or angoisse et tristesse sont sources de blocages pour les apprentissages chez certains enfants aussi il me semble important de partager ces clés et de les proposer également aux plus jeunes.


Les trois antisèches proposées par Jonathan Lehmann sont les suivantes :

  • chaque jour, écrire quelque chose pour lequel nous sommes reconnaissants.

Ajout personnel : possible de les ajouter dans une boite à bonheurs et d'ouvrir cette boite à bonheurs les jours où c'est vraiment difficile.

Pour les plus jeunes, possible de simplement formuler à l'oral un petit bonheur du jour, le soir avant de s'endormir.

  • pratiquer la méditation en prêtant attention à l'instant présent ou en pratiquant divers exercices

Commentaire personnel : les exercices classiques ne conviennent pas à tout le monde (par exemple ils me conviennent peu car j'ai toujours mille idées en tête), mais apprendre à regarder un point particulier, à en voir les détails, à sentir, entendre, c'est aussi une forme de méditation, méditation qui permet d'être ici et maintenant.

  • lorsque ça ne va pas, écrire ou se dire à voix haute ce qui ne va pas afin d'éviter la rumination.

Commentaire personnel : si l'enfant a besoin de vous parler, laissez-le dérouler le fil sans le juger, il a besoin de s'exprimer. Une colère passagère ne nous définit pas, elle est seulement l'expression d'un mal être à un moment donné


  • ajout 1 : valorisez ses points forts

A chaque réussite, invitez l'enfant à l'observer, à s'en réjouir.

  • ajout 2 : faire le plein d'amour

Pensez aux personnes qui vous aiment, aux personnes que vous aimez, cajolez un souvenir agréable. Et si vous accompagnez un enfant, laissez-le d'abord exprimer ce qu'il a à exprimer puis proposez-lui la douceur de votre sourire et la chaleur de vos bras.