Apprend-t-on à apprendre ?

Mis à jour : 4 févr. 2019


"Il ne sait pas apprendre". "Elle ne parvient pas à se concentrer". "Il ne travaille pas assez". "Elle ne mémorise rien".

L'apprentissage peut-il être une souffrance ? Une difficulté ? De quel apprentissage s'agit-il ?

Apprendre est-ce naturel ? 


Chacun d'entre nous finit par savoir marcher. Apprendre serait donc naturel. Longtemps, je l'ai imaginé. J'ai grandi à l'époque où une difficulté scolaire était considérée comme une conséquence de la mauvaise volonté de l'enfant. Mon regard a changé le jour où j'ai été confrontée aux difficultés de mes enfants. Mon regard sur le caractère inné de certains apprentissages a changé le jour où j'ai croisé un chaton qui ne pouvait pas marcher. Ce chaton là, je l'ai soigné, stimulé car il est né avec le syndrome du chaton nageur (ci-dessus : image du chaton en question après plusieurs semaines de rééducation). La plupart des chatons comme lui sont tout simplement euthanasiés car ils ne parviennent jamais à marcher et peuvent être énurétiques. Il a dû apprendre à apprendre comment marcher.

Apprendre est donc à la fois un processus naturel : nous sommes tous construits pour apprendre, et un processus partiellement artificiel : parfois il faut penser nos actes. Observer, tenter, essayer, échouer et recommencer suffit parfois.

Mais, en fonction de l'apprentissage et de notre fonctionnement neurologique, l'acte d'apprendre nécessite parfois des efforts conséquents.

Apprendre par motivation


La meilleure façon d'apprendre est d'être motivé. La plus puissante des motivations est interne. Parfois, pourtant la motivation s'est envolée... C'est pourquoi j'ai créé ma formation "30 jours pour motiver son enfant". Pour retrouver la motivation, pour renouer avec ses besoins, avec soi. Pour retrouver le bonheur d'apprendre.

Un problème de stratégie


Pourtant, ça ne suffit pas toujours. Certains enfants, adolescents ou adultes peinent à apprendre. Carine ne parvient pas à retenir sa poésie. Thomas ne parvient pas à organiser son travail.  Sandrine ne parvient pas à apprendre son texte pour le théâtre. Jonathan accumule les hors sujets. Par où commencer ? Comment se repérer ? Chacun d'eux l'ignore. Bien sûr, il est possible que Carine, Thomas, Sandrine ou Jonathan rencontre un problème de fonctions exécutives. Il est également possible que le souci soit un manque de décodage des besoins de son cerveau, une méconnaissance de son ou ses intelligences dominantes.

Un problème de fonctions exécutives


Parfois le problème est plus durable. Même avec une forte motivation interne et un début de stratégie, l'enfant, l'adolescent, l'adulte ne parvient pas à s'organiser et à apprendre.

- Sa mémoire de travail est déficiente - Il ne parvient pas à contrôler ses pensées et ses impulsions - Il ne parvient pas à s'adapter à un changement de perspective ou de stratégie - Il ne parvient pas à porter un regard stratégique, à évaluer précisément ses réussites et difficultés - Il ne parvient donc pas à s'organiser, à planifier et à mémoriser

Les enfants souffrant de difficultés d'apprentissage sont ainsi en souffrance, ne sachant pas comment remédier à leurs fonctions exécutives défaillantes. Pourtant des astuces pour améliorer celles-ci sont possibles. Ainsi, pour développer la mémoire de travail, je vous propose un premier jeu : le jeu du petit Poucet à retrouver ici.

Pour ne manquer aucune de nos astuces, inscrivez-vous à la newsletter en cliquant là.

Merci d'avoir lu cet article et à très bientôt !