top of page

Comment gérer les comportements défis, meltdowns et shutdowns ?

Dernière mise à jour : il y a 5 jours


Gérer les crises autistiques, meltdown et shutdown

Aujourd'hui, nous vous proposons des pistes pour gérer les comportements défis, les meltdowns et shutdowns.

Ces difficultés sont vécues par des personnes autistes (enfants et adultes, sans que ce soit le cas de toutes les personnes autistes) et parfois par certains enfants (hypersensibles, TDA, etc.).


Crises liées à l'autisme- Définition brève des meltdown, shutdown et comportements défis

Les meltdowns sont des "crises explosives". Colère et cris sont au rendez-vous. Il peut également y avoir des insultes, des jets d'objets, des violences sur soi-même ou même, pour certains, sur d'autres. Il est alors impossible de discuter avec la personne concernée car elle perd tout contact avec sa capacité à raisonner durant un temps plus ou moins long.


Le terme de "comportements défis" désigne des comportements "problèmes" réguliers (cris, insultes, violences auto-centrées ou hétéro-dirigées, etc.). Le mot "défi" ne signifie pas que la personne qui "se comporte mal" le fait par provocation (même si cela peut arriver dans certaines situations et pour une minorité de personnes concernées), mais que c'est un défi de gérer convenablement la situation. Comprendre l'autisme les définit sur son site.


Les shutdowns sont, quant à eux, des "effondrements", la personne n'est plus capable d'interagir et a besoin de se replier sur elle-même.


La première clé pour aider un enfant ou une personne autiste a ne plus souffrir de meltdowns ou shutdowns, c'est de comprendre pourquoi et de réaliser que vivre ces situations est épuisant physiquement et émotionnellement pour la personne concernée.


Quelles sont les particularités de la personne autiste concernée (enfant ou adulte) ?

Avant de gérer une crise, il importe de bien connaître le profil de la personne concernée, de bien comprendre ses difficultés car il n'y a pas un seul profil autistique !

Or bien des errances sont liées à cette méconnaissance et cette impression d'un profil unique.

Sans être exhaustive, voici une liste des particularités qui peuvent conduire à plus de difficultés :


autisme difficile à vivre

Dans la mesure du possible, il est intéressant d'oeuvrer à une diminution des difficultés ci-dessus en trouvant par exemple des alternatives pour mieux communiquer, en apprenant à mieux comprendre les signes langagiers et en disposant d'une boite à outils pour cela, en apprenant à accepter et gérer certains changements, etc.


Meltdown et shutdown, quel est le contexte général ?

En plus des particularités ci-dessus, le contexte dans lequel évolue la personne autiste est essentiel.

En effet, les difficultés croissent avec un environnement inadapté :


Importance de l'environnement pour une personne autiste

Passons maintenant à l'observation. C'est une étape essentielle avant de passer à la gestion de crise car ne pas comprendre le contexte, c'est être assuré que les crises vont se poursuivre, voire s'intensifier.


Comportements défis, meltdowns ou crises autistiques, dans quel contexte particulier ?

Régulièrement, j'ai pu lire ou entendre que bien des comportements défis visaient à obtenir de l'attention, ce n'est pas un avis que je partage. En effet, le besoin d'attention est un besoin généralement secondaire tout comme le besoin d'évitement d'ailleurs.


Il est donc bien plus utile de chercher le besoin primaire, celui qui a conduit au besoin d'attention, au besoin d'évitement, au besoin d'être seul ou même au besoin de s'auto-stimuler par des gestes comme le flapping ou même par l'expression de colère, la colère pouvant être libératoire. En effet, lorsqu'on gère mal ses émotions et lorsqu'on éprouve des difficultés à les identifier, la colère peut être une véritable soupape, pas seulement pour exprimer un malaise ou une situation problème mais aussi parce que la colère procure une incroyable énergie.


Ci-dessous nous vous proposons une pyramide des besoins basée sur nos observations, elle n'est donc pas le résultat d'une étude scientifique. Elle se base sur la pyramide des besoins de Maslow revisitée avec des besoins qui nous semblent propres à l'autisme. Le besoin de se livrer à ses passions étant particulièrement fort, il a également changé de position.

Pyramide des besoins autistiques

En cas de crise autistique, commencez toujours par rechercher les causes ci-dessus. Très fréquemment la cause est là.

Exemples : angoisse pour un évènement à venir (= besoin de sécurité mis en péril), forte exigence envers soi-même (= besoin d'estime de soi non accompli), forte exigence envers l'entourage (= notamment besoin de contrôler pour se sentir en sécurité, mais aussi besoin d'appartenance), honte (= besoin d'estime de soi), désir d'attention (= besoin d'estime de soi et/ou d'appartenance et/ou d'aide pour répondre à un besoin autre).

Les angoisses non exprimées, non identifiées aboutissent à bien des crises, il faut donc apprendre à les exprimer peu à peu.

Une des premières astuces pour éviter les crises est donc de tout d'abord apprendre à gérer tous ces besoins essentiels et tâcher de répondre ou proposer une alternative à un besoin non satisfait ou de se ressourcer avec une activité ou action plaisir.


Si la pyramide ne répond pas à la situation, il peut s'agir d'un autre problème : désir non abouti par exemple (exemple : désir d'un jouet), il faudra donc apprendre à différencier désir et besoin (le besoin étant essentiel tandis que le désir est souvent passager) et voir quel besoin se cache parfois derrière le désir.


Astuce 1: pour limiter les crises liées à la frustration de ne pas obtenir quelque chose, évitez la frontalité et essayez de voir s'il est possible de faire un compromis. Pour certains enfants, observer un jouet qui tente suffit. Dans d'autres circonstances, on peut refuser tel objet ou aliment mais proposer tel autre objet ou aliment susceptible de plaire.

Et surtout on évite les moments où on le sait le plus stressé et où il y aura foule puisqu'il s'épuisera plus vite.


Astuce 2 : s'il y a beaucoup de crises explosives et/ou d'effondrements autistiques, prenez un carnet et notez à quel moment ils sont apparus. Notez également le contexte observé. Cette simple prise de notes peut déjà vous permettre de comprendre qu'un petit déjeuner inexistant ou trop léger amène très fréquemment à une crise.


Astuce 3 : découvrez les Powercards, un excellent outil proposé sur le site de Jean-Philippe Piat pour trouver une figure référence afin de mieux gérer certaines difficultés.


Comment gérer une crise autistique (meltdown) ?

Vous l'avez certainement compris : un travail en amont est absolument essentiel pour limiter les crises autistiques.

Mais lorsqu'on est au coeur de la crise, comment gérer ?

Si vous surfez un peu sur le net, vous découvrirez des conseils "faciles" : rester calme, ne pas toucher la personne autiste sans son accord, ne pas juger. En gros être parfait.

Pas si simple face aux insultes et hurlements, et selon les enfants, jets d'objets et/ou coups. Et on ne parle pas des petites phrases maladroites qui pourraient être blessantes si on oublie ou ignore que la personne autiste a perdu tout contrôle.

Voici donc quelques conseils pour gérer un meltdown tout en gardant à l'esprit qu'il s'agit d'agir au mieux. Si les crises sont longues et fréquentes, un relai est indispensable, le savoir ne le rend pourtant pas toujours possible aussi soyez tolérants avec vous-même et votre enfant.

Gérer une crise autistique

Et après le meltdown ou un shutdown, comment agir ?

Après un meltdown ou un shutdown, il est essentiel de se pardonner et de pardonner.

La personne autiste peut avoir été virulente dans ses propos et s'en vouloir. Elle peut avoir été incapable de réagir et s'en vouloir. De la même façon un accompagnant peut avoir perdu son calme s'il gère souvent des crises. Dans tous les cas, le pardon est essentiel pour avancer.


En cas de shutdown, la personne peut avoir le sentiment d'être "nulle" tant elle perd ses moyens et se sent dépourvue de toute force. Là aussi, le pardon est essentiel.


Dans le même temps, on conseillera des activités calmes et ressourçantes à la personne autiste.

Et, dans un temps limité et adapté aux besoins de la personne autiste, un moment ensemble ou une attention afin de montrer que l'amour est toujours aussi fort.

Se reposer après une crise autistique

Puis, lorsque des forces seront récupérées, on avisera s'il est nécessaire de remettre au point certains besoins à anticiper ou situations à mieux gérer. Parfois, ça le sera, mais parfois non.


Côté accompagnant, si les crises se multiplient, prenez également soin de vous avec des activités ressourçantes. C'est important pour vous, mais aussi pour l'enfant accompagné car un parent épuisé est moins performant et c'est aussi culpabilisant pour l'enfant sensible de voir que ses difficultés engendrent de l'épuisement. Rassurez-le, il n'est pas responsable et la situation va s'améliorer.


Pour aller plus loin, retrouvez nos autres articles sur l'autisme et nos supports adaptés.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Σχόλια


bottom of page