top of page

Comprendre et Instruire un enfant autiste

Dernière mise à jour : 10 avr.


Comprendre et instruire un enfant autiste

Avant de vous proposer quelques pistes, il est important de préciser qu'une des particularités de l'autisme, c'est qu'il n'existe pas un "modèle d'enfant ou adulte autiste", il existe des réalités très différentes. L'autisme est peut-être finalement le trouble le plus diversifié qui soit. Vous trouverez ici des pistes pour aider un enfant autiste, notamment dans ses apprentissages.


Au choix vidéo courte ou article plus complet.

Vidéo :



Un autisme ou "des" autismes ?


Tout d'abord, nous avons ces enfants qui ne parviennent pas à parler et des enfants au langage très fluide. L'autisme n'est pas une question de quotient intellectuel, on trouve donc tout naturellement des enfants et personnes avec déficience intellectuelle, des enfants et personnes dans la "norme intellectuelle", des personnes avec un QI plus élevé et des "génies" ; loin d'être majoritaires, ce sont eux qui inspirent souvent les films à commencer par le personnage de Rain Man. Au final, il existe une myriade de réalités ! Certains enfants parviennent même à se fondre plus ou moins dans le décor quand d'autres n'y parviennent résolument pas ou explosent littéralement, en particulier à l'adolescence. Aucun jugement n'a sa place. L'autisme n'est pas un trait de caractère, c'est un mode de fonctionnement et avec la sensorialité particulière qu'ont ces enfants, leurs différences communes, l'adaptation est compliquée. Nous devrions tous faire un pas vers eux, comprendre que nos univers ne sont pas toujours si éloignés et qu'en prenant en considération certains de leurs besoins, bien des crises peuvent être évitées. Crises parfois plus violentes encore si l'enfant qui grandit réalise à quel point il est différent et combien s'adapter à ce monde pressé peut être violent pour lui.

Comprendre l'autisme : des difficultés communes à toutes les personnes autistes 



  • Une altération des interactions sociales : communiquer, gérer les conversations plus encore en groupe ou bien par téléphone, savoir quand il faut répondre, ce qui est drôle ou pas. Tout cela est complexe. Cependant des enfants avec un haut potentiel associé ou dont c'est un intérêt particulier parviennent à donner le change. De l'extérieur, les efforts ne sont pas toujours vus. 

  • Un déficit de la théorie de l'esprit : il est difficile de reconnaître et comprendre les émotions et les intentions, être capable de les interpréter, savoir comment l'autre peut réagir et comment il convient de réagir. C'est d'autant plus complexe que l'enfant autiste tend à tout prendre au pied de la lettre. 

  • Un déficit des fonctions exécutives : il est complexe de planifier, évaluer ce qui s'est produit, s'adapter et résoudre des problèmes (attention il ne s'agit pas d'un "simple problème d'organisation", mais de contrôler ses pensées et impulsions, de pouvoir changer de point de vue, de parvenir à rester concentré, de pouvoir s'adapter à un imprévu, etc.).

  • Une difficulté à comprendre l'implicite : sens figuré, répondre à une question ouverte comme "que penses-tu ?", etc.

  • Généralement dyspraxie, au moins visuo-spatiale  

  • Une vision des détails particulièrement importante, ce qui perturbe les fonctions exécutives. La vision de ce qui nous entoure n'est pas globale mais "en détails". Comment anticiper, prendre de la distance lorsque les détails sont omniprésents ? 

  • Des intérêts spécifiques : en soi les intérêts spécifiques sont aussi une qualité. Etre capable d'aller très loin dans le détail, dans la connaissance de son intérêt, être perfectionniste, maitriser son sujet, ce sont des atouts. Cela devient un problème lorsque l'enfant autiste ne parvient pas à quitter son intérêt, lorsqu'il ne s'intéresse à rien d'autre et parfois même qu'il oublie de manger, de boire, de se laver ou même d'aller aux toilettes! 

  • Une difficile gestion du changement : avec un enfant autiste, mieux vaut prévenir et surtout respecter certains rituels importants pour lui. Si certains sont ennuyeux ou peuvent le blesser, il conviendra de détourner progressivement son attention et le laisser mettre en place un autre rituel s'il en a vraiment besoin.

  • Une sensorialité différente : soit une hypo-sensorialité avec un besoin de repousser les limites sensorielles (cris, lumières éblouissantes, etc.) ou au contraire une hypra-sensorialité. En fonction du profil, le moindre bruit, la moindre odeur peuvent provoquer une situation de panique. Le tout est assorti d'une mémoire émotionnelle particulièrement active.

  • Une difficile gestion des émotions et des effondrements lorsque l'enfant a puisé dans toutes ses ressources pour gérer, ce qui pour lui est, une situation de crise.  

Plus les difficultés précédentes sont fortes, plus il est difficile pour la personne autiste de gérer son quotidien. Avec un bon accompagnement, certaines difficultés peuvent toutefois s'estomper partiellement.

 

Des difficultés présentes ou pas chez les personnes autistes

  • Problème de motricité fine ou générale,

  • Pour certains, déficit intellectuel (alors que d'autres ont un fonctionnement intellectuel "normal" ou à haut potentiel)

  • Autre trouble associé : TDAH, dys, etc.

  • Forte anxiété (fréquent) ou autre difficulté


Des pistes pour instruire un enfant autiste

Si vous êtes enseignant, il faudra vous armer de patience car un enfant autiste a besoin d'avoir confiance en vous. C'est le meilleur moyen pour qu'il progresse. Le mieux est de lui proposer une certaine routine et un lieu pour décompresser. Ressentir toute la journée les émotions des autres et ne pas savoir quoi en faire est difficile. Entendre, voir, sentir, ressentir tout moins ou plus encore plus fort est épuisant. Il faut également s'adapter, essayer de comprendre des codes sociaux différents des siens. Si l'enfant n'a pas de sas de décompression, il risque fort d'"exploser ou d'imploser." Dans la seconde situation, l'enfant retournera cette pression contre lui et pourra souffrir de troubles psycho-somatiques ou bien même s'auto-frapper ou s'auto-mutiler.

Si vous êtes parent, les particularités présentées ci-dessus sont également vraies. Comme votre enfant autiste est à la maison, il pourra rencontrer les autres à son rythme. Bien des parents témoignent ainsi d'enfant plus apaisé depuis qu'il apprend à la maison, de progrès même plus importants. C'est un choix, pas une obligation car instruire un enfant autiste suppose également d'être 24 heures sur 24 avec son enfant. Au moindre signe de fatigue, l'enfant éponge se stressera. Et sa difficulté à comprendre les émotions, détecter les signes peut l'empêcher de vous comprendre, surtout s'il est jeune ou s'il est déjà en détresse émotionnelle.

A la maison, faut-il prévoir une pièce spécifique ? Et bien tout dépend de votre enfant ! Certains ont besoin d'une pièce fixe et d'autres s'y refusent, en particulier s'ils conservent un mauvais souvenir de l'école ou s'ils ont besoin d'être à proximité de vous.

En revanche, ils ont besoin d'un lieu (étagères, petite armoire) où leur matériel est facilement accessible. D'une part pour ne pas s'angoisser à l'idée de perdre ce matériel. D'autre part pour leur permettre de gérer en partie leurs difficultés à s'organiser et se repérer.

A la maison, faut-il un emploi du temps spécifique ? La plupart des enfants autistes ont besoin d'un emploi du temps. D'autres apprécient une certaine routine, mais aussi de ne pas être enfermés dans un emploi du temps. Se détacher progressivement de l'emploi du temps est aussi un moyen d'oser un peu de changement pour être moins angoissé par les changements dans d'autres situations. A savoir : il semble que l'emploi du temps vertical convienne mieux à la plupart des enfants autistes.

De plus une activité passion pourra être réalisée sans limite, sauf si le profil autistique de l'enfant fait qu'il en oublie de manger, de boire, etc. Dans ce cas, on pourra convenir avec lui d'un temps donné et de rappels pour les besoins essentiels.

Pour des activités complexes non appréciées, on peut proposer un timer ou bien un sablier car certains enfants n'aiment pas le bruit du "tic tac".

Des adaptations pour l'instruction 

  • Tout d'abord donnez du temps. Un enfant autiste ne grandit pas au même rythme qu'un autre enfant. Certains seront peu autonomes, d'autres parviendront à avoir une "vie normale", mais tous ont besoin de temps. De plus, une situation émotionnelle difficile à gérer peut perturber plus ou moins durablement les apprentissages.

  • Des consignes claires et précises. Surtout évitez les double sens ! 

  • Une émotivité à prendre en considération. Si vous commentez un exercice, un texte, choisissez vos mots tant que l'émotivité est à fleur de peau.

  • Choisissez une police "facile à lire" et des interlignes suffisants pour les enfants en difficulté de repérage. 

  • Utilisez des images pour répondre au besoin de pensée visuelle (utilisation sans excès cependant ou bien l'excès de détails produira l'effet inverse).

  • Prévoyez des outils d'aide au repérage comme nous le proposons, notamment en histoire et mathématiques.

  • Astuces pour mieux repérer son matériel : par exemple une étagère par matière avec gommette de couleur sur l'étagère et sur l'emploi du temps.

  • Un grand nombre d'enfants autistes éprouvent des difficulté à imaginer. Pour les amener doucement à oser imaginer, prévoyez des outils progressifs comme par exemple nos grimoires Magie des mots . 


Pour aller plus loin


*La photographie est une image de Pixabay.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page