L'émancipation intellectuelle


Petite vidéo pour réfléchir ensemble sur l'émancipation intellectuelle à partir de l'ouvrage "Le maitre ignorant" de Jacques Rancière.


Vidéo à découvrir en cliquant ici.


Quelques idées clés du livre :

  • Un enfant apprend à parler grâce à sa propre intelligence, en écoutant, communiquant et ajustant son discours. Pourquoi tout à coup deviendrait-il incapable d'apprendre et devrait-il avoir un "maitre" ?

  • Joseph Jacotot a entrepris une expérience en enseignant le français à des étudiants hollandais sans parler le hollandais, c'est la "méthode universelle" (en réalité l'auteur se refusait à une qualification de méthode). Pour cela, il a utilisé une version bilingue de Télémaque. Ses élèves ont tout d'abord appris des phrases, puis ils s'en sont servi pour raconter l'ouvrage et le commenter.

  • On peut enseigner ce qu'on ignore si on émancipe l'élève, c'est-à-dire s'il doit utiliser sa propre intelligence.

  • Dans le système traditionnel, le maitre garde "sous son coude un savoir", il donne les informations qu'il choisit de donner et décide si c'est le bon moment, si l'élève est "capable" d'apprendre plus. Pourquoi limiter ainsi ?

  • L'émancipation intellectuelle se base sur la conscience de l'égalité : le maitre n'est pas supérieur à l'élève. Etre un maitre ignorant permet de ne pas l'oublier.

  • "Il leur parle comme à des hommes et, du même coup, il en fait des hommes".


Commentaires :

Une lecture mitigée car l'auteur, Jacques Rancière, me semble parfois tenir des propos contradictoires, mais une lecture intéressante.

En effet : pourquoi partir du principe que l'apprenant ne peut pas apprendre ? Ou du moins qu'il doit toujours être dirigé ? Etre guidé est utile lorsqu'on ne sait pas où aller et qu'on souhaite une piste. Etre dirigé amène au sentiment d'incompétence. A force d'entendre qu'on est incapable, on finit par le penser et agir en conséquence.


Pourquoi choisir si l'apprenant est capable d'apprendre plus, de comprendre plus ?

Accordons-lui notre confiance.

S'il veut apprendre plus, il ne retiendra pas tout, ne comprendra sans doute pas toujours au moment où il découvre, mais le chemin se poursuivra. Moi-même, j'ai terminé ma lecture de cet ouvrage hier, je l'ai "digéré" cette nuit, commencé à l'analyser ce matin et mon cerveau continuera d'y penser. Je n'ai pas compris toute la pensée de l'auteur car je ne suis pas l'auteur, je ne suis pas dans son esprit et lui-même, il est probable qu'il ne sait pas sur quel chemin il peut m'entrainer car il n'est pas davantage dans mon esprit et que, de mon côté, j'ai certaines découvertes et réflexions à mon actif qu'il n'a pas.

Cette lecture va en tout cas dans le sens de ce qui me motive : l'émancipation intellectuelle pour tous, le désir de partager, d'ouvrir des chemins de connaissance et de réflexion avec Le Monde de Mei et Noé.