top of page

Comment gérer plusieurs niveaux en instruction en famille ? 3 situations particulières, 12 astuces et 1 bonus !

Dernière mise à jour : 7 mai



La vidéo ci-dessus est plus généraliste que l'article, elle place le contexte et propose une partie des conseils donnés ci-dessous après un début-mise en scène. Vous découvrirez ainsi comment gérer plusieurs niveaux en instruction en famille avec 3 situations particulières, 12 astuces et un bonus activité en fin d'article.


De plus, les conseils donnés dans cet article sont en partie valables également pour les enseignants qui gèrent des classes multi-niveaux (cf. notamment partie deux).


3 types de fratries particulières, 3 situations et des conseils associés avec 5 premières astuces

Situation 1 : instruire en famille avec la présence d'un bébé

Lorsqu'un petit loup est présent au domicile, il a souvent besoin d'une grande attention. De plus, la maman jeune accouchée est fatigable rapidement. Il est donc important d'à la fois profiter des moments de sieste du bébé pour se reposer et des moments de sieste pour des moments plus intenses en accompagnement scolaire des autres enfants.

Mais comment jongler entre ces besoins ?

Astuce 1 : Tout d'abord, le relai apparait comme indispensable ainsi une autre personne peut prendre soin du nourrisson tandis que la maman se repose. Elle est ainsi disponible et en forme pour des moments d'instruction au calme durant la sieste de bébé.

Astuce 2 : Le petit porté en écharpe ou en porte-bébé bénéficie d'une présence parentale rassurante (en particulier valable pour les bébés aux besoins intenses) et le parent peut en même temps être présent pour les plus grands.

Astuce 3 : Le papa ou une personne extérieure assure des moments d'instruction avec présence à 100 % tandis que maman et bébé se reposent.


Situation 2 : faire l'école à la maison avec la présence d'un tout petit

Une fois encore, on peut profiter des moments de sieste pour des moments où le parent est particulièrement disponible pour l'enfant qui apprend à la maison.

Astuce 4 donc : points d'apprentissage plus complexes abordés durant la sieste du petit.

Astuce 5 : On propose au petit un espace d'éveil à côté des grands qui sont en temps d'instruction. On peut l'installer sur un joli tapis sensoriel (il suffit par exemple de coudre des carrés de tissus avec des motifs et textures différents qui vont ainsi proposer des expériences de toucher, vue et son différents, des tapis plus élaborés peuvent aussi être réalisés avec des parties à soulever, des parties à cachette, etc.). Pour les petits qui grandissent, on propose aussi des activités d'éveil : tours à empiler, personnages à dénombrer, mosaïques à assembler, grosses perles en bois (il existe de très gros modèles spécialement pour les moins de 3 ans), etc. Les petits apprécient en effet tout particulièrement de faire comme les grands, un certain nombre d'entre eux veulent donc des activités comme les grands.


Situation 3 : instruire en famille des enfants de niveaux différents

Lorsqu'on accompagne une fratrie avec des niveaux différents, plusieurs situations peuvent se présenter :

  • tous les enfants sont autonomes, ce qui est bien sûr la situation la plus simple.

  • une partie des enfants sont autonomes,

  • tous les enfants ont besoin de beaucoup de présence.

Dans une seconde partie, nous vous proposons des astuces pour gérer les situations "besoin de présence".


7 astuces pour instruire des enfants de niveaux différents

Astuce 1 : des supports personnels pour chacun

Cours par correspondance, programme du Monde de Mei et Noé ou supports classes du commerce avec solutions incluses sont de premières pistes pour apprendre en autonomie.

Cependant, un bon nombre d'enfants ont besoin de disposer d'une présence ponctuelle ou d'une présence plus conséquente.

Pour certains, il s'agit "seulement" que l'adulte indique le moment de s'y mettre.

Pour d'autres, il s'agit de savoir qu'un parent ou adulte référent est physiquement à proximité.

La plupart ont besoin d'une présence disponible.


Astuce 2 : une instruction commune pour les enfants d'une même fratrie

A partir d'un tronc commun, tout le monde apprend en même temps.

Par exemple, l'accompagnant n'a donc pas à se soucier de savoir quelle période historique tel ou tel enfant suit, c'est la même pour tous ! L'idéal étant que les exercices généraux ainsi qu'en mathématiques et français aient un fil conducteur (même sujet notamment) avec des niveaux de difficulté différents. C'est une des raisons qui font que nous proposons des kits thématiques pour plusieurs niveaux, kits qui répondent à ces principes.


Astuce 3 : un temps commun et des temps individualisés pour prendre en compte plusieurs niveaux en IEF

Dans ce cas,

soit on reprend le modèle de l'astuce 2 avec un tronc commun et des exercices de niveaux différents ;

soit on propose un découpage en x + 1 temps où x représente le nombre d'enfants.

Dans ce système, on propose un temps où tout le monde est ensemble pour des apprentissages communs et des temps où l'un bénéficie d'une attention particulière tandis que le ou les autre(s) enfant(s) est/sont en autonomie.

Une variante possible est d'ajouter un temps "autonomie pour tous" où chacun est en autonomie en même temps. Le référent intervient uniquement si besoin.


Astuce 4 : un temps commun pour plus de partage et d'émulation

Au moins un temps d'instruction commun est très utile pour chacun car cela permet à la fois d'avoir un cerveau qui joue moins à l'élastique, de pouvoir échanger et partager sur ce qu'on apprend, de resserrer ainsi des liens et puis de créer une véritable émulation du fait qu'on apprend ensemble sur un même thème.


Astuce 5 : un moment individualisé annoncé et une marge nécessaire entre deux temps "présence particulière"

Lorsqu'on choisit des temps individualisés, il est utile d'indiquer en amont "à tel moment, je serai essentiellement disponible pour ...". Définissez ensemble le temps choisi. Dans la vidéo nous vous indiquons des fourchettes d'une heure, le temps peut être plus court (par exemple 30mn chacun).

Dans tous les cas, il est cependant utile d'ajouter une marge "temps" à la fois pour pouvoir "déborder" si l'enfant A en a besoin et pour avoir une pause pour soi, pause en particulier utile si l'enfant A a rencontré des difficultés lors de son temps personnalisé.


Astuce 6 : l'instruction entre enfants

Une autre piste est l'instruction entre enfants. On peut ainsi responsabiliser des plus grands en les encourageant à proposer des activités ponctuelles aux plus petits ou en leur proposant de les relire. Attention, cette piste est à suivre uniquement si les deux partis y voient un intérêt et sans jamais tout faire reposer sur les épaules du plus grand car ce n'est pas lui le responsable de l'instruction.

C'est un moyen supplémentaire pour resserrer des liens, responsabiliser et faire réviser !


Ne négligeons cependant pas le tutorat qui peut aussi être proposé par le plus jeune pour le plus grand ! Nous avons tous des compétences ainsi un plus jeune peut faire découvrir un bricolage qu'il maitrise, une langue ou bien soutenir en mathématiques s'il a plus de facilités que son aîné. Attention toutefois : si le plus jeune a trois ans de moins que l'aîné par exemple un soutien en mathématiques ou français peut être très mal vécu par le plus âgé.


Adaptez toujours en fonction de votre propre configuration familiale.


Astuce 7 : pas de téléphone, pas de visite, pas de réseaux sociaux durant le temps "personnel"

Ce conseil n'apparait pas dans la vidéo, il est cependant très utile.

En effet, c'est un temps de qualité pour l'enfant, un temps durant lequel il a pour lui seul le parent qui l'instruit, un temps où il peut disposer des explications dont il a besoin.

Comment lui et les membres de sa fratrie pourraient-ils comprendre qu'ils doivent respecter ce temps personnel lorsqu'ils n'en sont pas bénéficiaires alors que toutes sortes d'autres interruptions extérieures sont possibles ?

Et nous, en tant que parent accompagnant, sommes-nous vraiment concentrés et disponibles lorsque nous répondons à d'autres sollicitations ? Pour avoir testé "l'ouverture à la société" durant ces temps-là et le "centrage sur mes enfants", je constate en tout cas que ce n'était pas mon cas aussi j'avais indiqué à mon entourage de ne jamais m'appeler le matin (sauf urgence) et je décrochais le téléphone en période de publicités intempestives.


Bonus : un champ lexical spécial frères et soeurs !

En bonus, nous vous proposons d'encourager la fratrie à relever le défi suivant : il s'agit de créer un texte en utilisant le plus de mots possibles proposés dans le champ lexical suivant. Soit la création est individuelle, soit elle est commune.


Noms : fratrie, frère, soeur, frangin, frérot, compagnon, frangine, soeurette, compagne, compère, jumeau, jumelle, acolyte, amitié, proximité, complicité, connivence, coopération, entente, harmonie, affection, entraide, rivalité, jalousie, conflit, cris, émulation, joute, lutte, concurrence, injustice, égalité, solidarité, sororité, ensemble, confiance, sympathie.


Verbes : partager, rivaliser, concurrencer, concourir, batailler, se bagarrer, se disputer, affronter, contester, se mesurer, câliner, se soutenir, associer, dorloter, cajoler, se solidariser, mutualiser, participer.


Adjectifs qualificatifs : complice, fraternel, rival, inséparable, soudé, intime, lié, associé, uni, adversaire, opposé, complémentaire, différent.


Images Pixabay

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

टिप्पणियां


bottom of page