Difficultés sensorielles : Hypersensibilité ou hypersensorialité ?



Aujourd'hui je vous invite à réfléchir à la différence entre hypersensibilité et hypersensorialité.

L'hypersensibilité

Selon Elaine Aron dont je vous présente l'excellent livre ici, nous serions environ 1 personne sur 5 à être hypersensibles.

En fait, je pense que beaucoup plus d'enfants sont concernés. En grandissant, certains s'endurcissent, d'autres semblent seulement s'être endurcis et présentent en fait une hypersensibilité masquée. Ceux-là s'écroulent parfois du jour au lendemain sans que personne n'ait rien vu venir.


L'hypersensibilité est une sensibilité extrême.

Tout nous touche.

Images qui vont laisser de marbre d'autres moins sensibles, évènements, rencontres, etc.

Pour l'hyper-ultrasensible, gérer ses émotions n'est pas évident (quelques outils proposés gratuitement ici).

Etre confronté à des situations nouvelles ou nécessitant de gérer plusieurs contacts est souvent fatigant. Il est donc important de s'accorder des moments oxygène (être reposé avant une situation un peu ou beaucoup stressante, se préparer au déroulement, ne pas rester constamment avec le groupe si le corps envoie des signaux d'alerte épuisement).

Côté enfants et ados, il peut être important de choisir les textes et images présentées. Pour Le Monde de Mei et Noé, nous y sommes particulièrement attentives. Comme nous accompagnons un certain nombre de très grands sensibles et souvent des enfants abîmés par leur parcours scolaire, nous veillons aux images pas trop violentes et lectures suivies accessibles aux hypersensibles. Il est possible d'informer, y compris sur des moments historiques difficiles sans traumatiser. Environ 35 ans après, je n'ai pas oublié le traumatisme des images de Juifs décharnés et décédés qu'on m'avait imposées au collège. Et pourtant, je n'ai jamais été une enfant surprotégée, au contraire. L'hypersensibilité n'est pas induite par la surprotection (même s'il importe de veiller à ne pas verser dans celle-ci pour ne pas donner à craindre le monde), elle fait partie des ultra-sensibles et il convient de le respecter au même titre qu'on respecte une allergie.

Très prochainement (à compter de lundi prochain, le 4 juillet), je vais participer à un festival "parenthèse atypique" organisé par mon amie Séverine Guy particulièrement sensibilisée à l'hypersensibilité. Il est gratuit et vous y trouverez des pistes pour mieux la gérer (clic là).

Avantages de l'hypersensibilité une fois les émotions suffisamment gérées et l'estime de soi suffisante, être particulièrement sensible aux autres et au monde qui nous entoure. Pour soi, avoir souvent un monde intérieur très riche et même très souvent beaucoup d'imagination, ce qui permet aussi d'imaginer des solutions nouvelles.

L'hypersensorialité

L'hypersensorialité est souvent confondue avec l'hypersensibilité ou bien on parle d'hypersensibilité sensorielle (cela a souvent été mon cas d'ailleurs). Cependant, si les deux vont généralement de pair. L'hypersensibilité et l'hypersensorialité sont distinctes. On peut être hypersensible et ne pas avoir d'hypersensorialité et on peut avoir une hypersensorialité et ne pas être hypersensible.


L'hypersensorialité, c'est l'hyperdéveloppement d'un ou plusieurs sens.

Un ou plusieurs sens est/sont alors particulièrement développé(s).

Dans un monde idéal, cela permettrait d'être un Superman ou une Wonderwoman capable d'entendre, de voir au-delà du commun. Dans la réalité, c'est un peu plus complexe.

Par exemple, une hypersensorialité visuelle peut permettre de voir un grand nombre de détails que d'autres ne voient pas. Mais pour certains, il s'agit avant tout d'une hyperréactivité à la lumière. Lunettes de soleil et lumière douce sont alors recommandées.

Une hypersensorialité auditive peut permettre d'entendre des sons faibles. Mais le plus souvent, cette hypersensorialité se manifeste par une masse de sons qui s'entassent dans le conduit auditif et une difficulté pour le cerveau à trier celle-ci. C'est mon cas puisque je souffre d'hyperacousie. Je suis capable d'entendre parfois des sons que d'autres n'entendent pas, mais la plupart du temps, j'éprouve bien des difficultés à les analyser parce que tous ces sons sont en fait douloureux. On est toujours surpris lorsque j'en parle et pourtant, pour moi, cela se traduit par une douleur physique. C'est la même chose pour l'hyperréactif visuel.

Toucher, goût, odorat sont aussi concernés et dans tous les cas, la douleur est souvent au rendez-vous.

Comment gérer alors tout ça ?

En anticipant certaines situations pouvant conduire à un débordement sensoriel (tout en sachant que le débordement sera bien plus vite atteint que pour n'importe qui) et en apprenant à connaître ses limites. Je vis beaucoup plus confortablement mon hyperacousie depuis que je ne force plus mes oreilles. Pour vous donner une petite idée, si je colle un casque sur mes oreilles pour écouter une heure d'émission, j'ai mal de tête et je suis fatiguée. Si je persiste durant 2 heures, il en résulte un immense fatigue avec vertiges à la clé. Par conséquent, j'évite les casques qui agissent comme des échos, je limite mon temps d'écoute vidéo qui suppose une attention encore plus grande que pour une conversation classique (et je remercie à chaque fois les vidéastes qui pensent à une transcription écrite), j'évite les bruits forts, etc. Et je favorise les sons doux qui me relaxent comme l'eau d'une cascade ou d'un ruisseau.

L'hypersensorialité nécessite des aménagements de vie.

Avantage d'une hypersensorialité bien gérée: associé à l'hypersensibilité, à une hypersensibilité suffisamment gérée, cela renforce encore les qualités de l'hypersensible et peut même rendre plus sensible aux difficultés d'autrui. L'hypersensorialité bien gérée peut enfin permettre d'explorer les atouts de ces sens bien réactifs.

Face à un enfant hypersensible et qui présente au moins une hypersensorialité, il peut être difficile de percevoir toutes les hypersensorialités qui le concerne. Questions sensorielles et perceptives dans l'Autisme et le Syndrome d'Asperger, le livre d'Olga Bogdashina peut vous aider à y voir plus clair. Il propose en effet des questionnaires très complets pour bien cerner les hypersensorialités et quelques conseils pour mieux les gérer. Concernant les conseils, je suis restée sur ma faim car déjà bien formée à ce sujet, mais ce livre reste incontournable si vous avez besoin de mieux appréhender les difficultés sensorielles de votre enfant.

Certes, il semble s'adresser à un public concerné par l'autisme, mais ce n'est pas seulement le cas. L'hypersensorialité ne concerne pas seulement des personnes autistes (pour qui il est tout aussi important de connaître les hyposensorialités).

0 commentaire

Posts récents

Voir tout